Aux délices d’Amel par Charles Delygne

Aux délices d’Amel par Charles Delygne

Charles Delygne est auteur érotique, vous pouvez retrouver ses textes sur son blog.

Il a publié chez l’Ivre-book une novella Erotico-historique : « Les délices de la Duchesse » que l’on trouve ici :

http://www.livre-book-63.fr/home/434-les-delices-de-la-duchesse-9782368923979.html

Et une nouvelles dans la collection « osez » de la Musardine que l’on trouve là :

https://www.amazon.fr/Osez-histoires-sexe-dans-vestiaires/dp/2842719662

Si ça ne tenait qu’à moi, je ne me laisserais pas aller à cette mode. Commerciale. Anglo-saxonne. Grégaire. Mais Maeva y tient. Ses copines aussi. Le 15 février, à la machine à café, il va y avoir pow-wow de tigresses, évaluation des cadeaux, des bouquets, de scènes romantiques, critique des repas et des vins et enfin, comparaison d’orgasmes. Autant dire que j’ai intérêt à assurer.

Calme. J’ai tout prévu. Des roses rouges. Un nombre impair, bien sûr. Elles seront livrées à l’appartement à 18 heures. Sur le bouquet,  un carton d’invitation à me rejoindre dans un restaurant oriental. Mets choisis, danseuses du ventre, musique. La surprise ? Une « after » bien-être au hammam attenant. Soins, massage, relaxation. Retour maison et là : dernier drink, musique douce et estocade. Je lui dois bien ça, à ma petite chérie.

Elle m’a rejoint Aux délices d’Amel, ce nouveau restaurant installé depuis peu à quelques kilomètres de la ville. Elle est radieuse. Le repas se passe divinement, sur les coussins d’un décor chamarré digne des plus belles tentes d’apparat berbères. Nous avons un peu bu, et c’est un thé à la menthe qui vient accompagner la farandole des makrout, des fousdoukia, des mkabez qu’un plateau argenté, offre à notre convoitise. Autour de nous, répartis en petites tables amoureuses, les couples partagent comme nous des instants délicieux. Amel, notre hôtesse est splendide. Elle est vêtue en sultane, avec des voiles turquoise, de nombreux bijoux et de superbes tatouages au henné. Tandis que l’orchestre poursuit sa mélodie entêtante, elle nous invite à passer côté hamman pour le début des soins. Chacun rejoint son vestiaire. Quittant le mien en serviette,  je suis happé par Amel.

 Vous n’êtes jamais venu, n’est-ce pas ? Votre femme n’a pas encore fini de se changer. Venez, je vais vous faire visiter la partie cachée en l’attendant.

Je suis son déhanchement félin dans dédale des pièces, des portes mauresques, des sofas, des miroirs et des tentures. A quelques détails sensuels, quelques gravures, quelques objets, je suis pris d’un doute. Ce hammam, est-il vraiment ce qu’il prétend être ?

J’ai bientôt la réponse : Dans le grand atrium percé d’un bassin d’eau tiède, des couples se caressent dans le plus simple appareil. Sur un divan, j’aperçois ma femme, entièrement nue,  recevant entre ses cuisses l’hommage d’une jolie rousse, tandis que sa propre bouche s’affaire sur le membre de celui qui doit être son mari. Amel m’enlace et nous nous approchons de Maeva, que je vois ainsi pour la première fois. Elle abandonne son ouvrage et sa bouche luisante prononce ces mots :

– Oh mon amour, comment as-tu deviné ? J’en rêvais depuis des années…C’est ma plus belle Saint-Valentin !

 

2017-02-02T15:35:43+00:00

Un commentaire

  1. […] J’ai joué le jeu de la Saint-Valentin en proposant une mini nouvelle au concours d’idées du désir . C’est ici et rien que pour vous ici: Aux délices d’Amel […]

Laisser un commentaire