ELLES par Candice Solère

ELLES par Candice Solère

Candice Solère est auteure érotique. Vous pouvez retrouver ses textes sur B-SENSORY et sur son blog.
Elle est également à l’origine de la création de son personnage La Danseuse Folle.

A peine avait-elle ouvert les yeux qu’elle aperçut sur l’oreiller cette belle rose à la fraîcheur parfaite presqu’encore ornée de fines gouttelettes de rosée.

Il n’était plus là, déjà parti vers d’autres horizons, d’autres obligations. Ce n’est pas ce qu’elle espérait quand elle l’avait épousé. Le temps avait fait le reste, ils s’étaient indéniablement éloignés et lui comme elle se mentaient depuis des années.

Et un jour de Saint Valentin justement, elle l’avait rencontrée celle qui avait tout changé, celle qui lui avait redonné espoir en l’amour, le vrai, celle qui l’avait révélée. Il n’avait fallu qu’un regard profond, déstabilisateur, celui qui vous met à poil et vous transperce de part en part. Celui qui s’attarde jusqu’au grain de votre peau, vous fait frémir, vous fait battre des cils. Elle se souvient très bien de la première fois où elles se sont touchées, le premier contact avec la chair, le moment du tremblement de terre intérieur, qui vrille l’estomac, qui crispe le périnée et vous fait perdre les pédales. Ce premier baiser sous sa jupe, entre ses cuisses, celui qui a mis le feu aux poudres, vacillante sur ses talons, la dentelle trempée d’excitation. Elle s’était laissée faire, l’avait encouragée à prendre le pouvoir sur elle, à la dominer. Sous ses airs angéliques, elle cachait une nature intrépide, tumultueuse, diabolique. Elle savait parfaitement s’y prendre avec les femmes et elle s’était laissée prendre dans ses filets jusqu’à ne plus vouloir en sortir. Elle était devenue sa muse, sa moitié celle dont elle ne voulait plus se passer, celle qui la faisait jouir jusqu’au petit matin, alternant caresses et claquantes fessées.

Elle était tombée amoureuse de cette femme et de son corps voluptueux, de ses seins chaleureux, de sa peau laiteuse, de ses baisers charnels. Elle n’attendait plus rien de lui mais tout d’elle. Qu’elle lui demande enfin de la rejoindre, de s’enfuir avec elle, loin, très loin d’ici, qu’elles puissent enfin s’aimer au grand jour.

Clarisse était dans son lit, elle se caressait doucement, réveillait sa fleur aux pétales souples et déjà humides. Elle glissait ses doigts sur son pistil et soupirait lentement. Elle pensait à elle, s’imaginait à ses côtés. Les draps de satin étaient déjà mouillés quand l’objet ciselé, sculpté la pénétra enfin. La chaleur du bois, la précision du geste. Elle se cambra, se frotta, se malmena comme elle aimait lui faire, puis elle se baisa, ne se ménageant pas, forçant un peu le passage pour plus de réalité, en espérant secrètement qu’elle lui ferait signe aujourd’hui pour leur anniversaire !

 

2017-05-06T07:29:09+00:00

Laisser un commentaire